Wegen der Corona-Situation gelten zurzeit besondere Benutzungsbestimmungen: Der Ausleihschalter ist für die Abholung von Medien für die Heimausleihe geöffnet (Öffnungszeiten: Mo bis Fr 9:00 bis 19:30, Sa 11:00 bis 16:00). Bitte bestellen Sie vorgängig online von zu Hause aus. Für die Benutzung von nicht für die Heimausleihe freigegebenen Medien reservieren Sie bitte telefonisch einen Lesesaalplatz. Bitte beachten Sie auch den obersten Beitrag unter AKTUELL. Wir danken für Ihr Verständnis. Schweizerisches Sozialarchiv, Direktion
de | en | fr

Les vidéos et l’univers des syndicats

Comme d’autres mouvements sociaux, les syndicats découvrent à la fin des années 1970, le médium de la vidéo comme moyen de documentation. Les vidéos méritent d’être évoquées pour plusieurs raisons. La prolifération des formats de consommation tels que U-Matic, VHS magnétoscope a rendu l’enregistrement de vidéos financièrement et techniquement abordables, même pour les débutants.

Contrairement aux mouvements de jeunes qui se sont appropriés les nouveaux moyens d’expression médiatiques d’une manière innovative et ont tourné des vidéos sur l’agitation, l’art ainsi que des films sur le ton de la parodie, les syndicats ont limité leur utilisation de la vidéo durant les années pionnières et expérimentales au simple documentaire: il existe des enregistrements sur le  Congrès de la chimie des textiles de l’Union CGA papier de 1978 (à Lucerne Signature: F 9013-025ff.), sur  une session d’urgence du même syndicat 1977 (F 9013-019 ff.) et sur une conférence pour les jeunes de l’Union du bâtiment et du bois (GBH en 1980, F 9013-031).

Les enregistrements sont amateurs, avec des pannes de son, des coupures parfois curieusement incomplets ou trop longs. Mais, en tant que documents historiques, ces vidéos sont toujours pertinentes. En particulier celle du Congrès CGA de 1978 et la réunion de crise précités pour donner une impression sur l’état d’esprit reignant au sein d’un syndicat à un moment difficile: d’abord, le chiffre d’affaires s’effondre dans l’industrie textile pendant la seconde moitié des années 1970 et  la fermeture spectaculaire de l’usine de Firestone à Pratteln 1977; dans un climat de crise, le nombre des membres ne s’est pas développé mais a stagné, voire diminué. D’autre part, au coeur des syndicats, sur les tensions entre la vieille garde et les jeunes forces consensuelles qui cherchaient à changer les relations existantes avec une attitude militante.

Les enregistrements du Congrès sont un témoignage révélateur sur cette crise économique et idéologique, sur l’atmosphère au sein du GTPC. En prime, nous pouvons également constater que le Président de la Fédération Willy Ritschard engagé comme orateur n’a pas seulement livré des discours qui brillaient par leurs calembours et leurs dictons bien placés mais qu’il a pu y dévoiler un facette moins "humoristique" de sa personnalité sur les gros plans.

12. Januar 2010Stefan Länzlinger zurück